La première étape vers une plateforme de travail à distance performante est la compréhension de l’organisation et de ce qu’elle vise à accomplir. Chaque organisation a une définition différente du travail à distance et du travailleur à distance. Dans certains cas, il s’agit de bureaux satellites où les gens interagissent physiquement avec l’établissement principal; dans d’autres, d’employés qui sont constamment sur la route. La définition dépend véritablement de la culture de l’organisation, de la façon dont elle considère le travail à distance et donne la priorité aux travailleurs à distance et aux outils visant à les soutenir.
Le travail à distance touche non seulement le travailleur à distance, mais aussi d’autres aires de soutien de l’entreprise : les ressources humaines, la technologie de l’information et la technologie de collaboration jouent un grand rôle dans le soutien d’une stratégie de travail à distance. Pour que cette dernière soit couronnée de succès, assurez-vous que chacun est en mesure d’interagir avec tous les membres de l’équipe et que tous ont accès aux mêmes outils, pour que l’emplacement physique d’un travailleur n’avantage ou ne pénalise pas différentes équipes. Lorsqu’elle est exécutée correctement, une telle stratégie mène à des avantages reconnus : l’efficacité des travailleurs augmente, les coûts diminuent, le moral monte en flèche et la culture évolue dans le bon sens. À cela s’ajoute le bonus évident d’un bon équilibre entre le travail et la vie personnelle, qui, en retour, se reflète positivement sur l’organisation.
Indépendance, maîtrise de son emploi du temps et liberté d'adopter ou non une routine – Les entreprises ou les particuliers pour qui vous travaillez sont vos clients, non vos employeurs. En tant que clients, ils peuvent vous dire quels sont les résultats qu'ils espèrent obtenir, mais ils ne vous disent pas comment les produire. Naturellement, vous voudrez satisfaire vos clients si vous voulez qu'ils vous offrent encore du travail, qu'ils vous recommandent ou vous paient bien. Mais vous êtes votre propre patron. Vous décidez quand, où et comment vous accomplirez le travail.
En 1950, le célèbre article d'Alan Turing " Computing Machinery and Intelligence " est publié[7], qui propose ce qu'on appelle aujourd'hui le test de Turing comme critère d'intelligence. Ce critère dépend de la capacité d'un programme informatique d'usurper l'identité d'un être humain dans une conversation écrite en temps réel avec un juge humain, suffisamment bien pour que le juge soit incapable de distinguer de façon fiable, sur la seule base du contenu conversationnel, entre le programme et un vrai humain. La notoriété du test proposé par Turing a suscité un grand intérêt pour le programme ELIZA de Joseph Weizenbaum, publié en 1966, qui semblait être en mesure de tromper les utilisateurs en leur faisant croire qu'ils conversaient avec un vrai humain. Cependant Weizenbaum lui-même n'a pas prétendu que ELIZA était vraiment intelligent, et l'introduction à son article l'a présenté plus comme un exercice de démystification :
© 2019. Se reporter à l’avis juridique pour obtenir davantage de renseignements. Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited (« DTTL »), ainsi que son réseau mondial de cabinets membres et ses entités liées. DTTL (appelé également « Deloitte mondial ») ainsi que chacun de ses cabinets membres constituent une entité juridique distincte et indépendante. DTTL n’offre aucun service aux clients. Pour en apprendre davantage, voir www.deloitte.com/ca/apropos.

remise chatterpal


Les premiers chatbots historiques classiques sont ELIZA (1966) et PARRY (1972). [10] [11] [12] [13] Les programmes notables les plus récents incluent A.L.I.C.E., Jabberwacky et D.U.D.E (Agence Nationale de la Recherche et CNRS 2006). Alors qu'ELIZA et PARRY ont été utilisés exclusivement pour simuler la conversation dactylographiée, de nombreux chatbots incluent maintenant des fonctionnalités telles que les jeux et les capacités de recherche sur le Web. En 1984, un livre intitulé The Policeman's Beard is Half Constructed a été publié, prétendument écrit par le chatbot Racter (bien que le programme tel que libéré n'aurait pas été capable de le faire). [14]

ventes croisées dans le chatterpal

×