A travers les différents sujets traités, nous avons un objectif unique : accompagner nos lecteurs dans l'évolution de leurs métiers et leur donner les outils pour réussir à se développer, se différencier et s'adapter aux changements en cours et à venir. Nos contenus sont créés à partir de recherches et analyses réalisées par ISS et par des experts parmi les plus influents du secteur.
par dominique | Nov 12, 2018 | Accèssibilité informatique, agence web, application, assistante virtuelle, Bureau virtuelle, campagne, conseil, consultant, contenu internet, création d'entreprise, création de blog, Création de trafic, création site internet, développement logiciel, Digitale, e-business, formation, logiciel, Numérique, numéro virtuel, Rosemees, site internet, Technologie, visibilité, web
Beaucoup d’entreprises restent encore sous Windows XP en ce moment et hésitent à passer sur un nouveau système d’exploitation et à s’orienter vers de nouvelles applications. Seulement, il va être temps qu’elles changent de stratégie d’autant que Mircrosoft a cessé de livrer des correctifs pour Windows XP. Ainsi, une éventuelle solution à ce problème d’infrastructure est le bureau virtuel.
Tech Talk vous offre une combinaison étonnante entre un chat public et un bot. Lancement de cette semaine, vous serez en mesure de rester dans la boucle en ce qui concerne les nouvelles d'affaires, des nouvelles sur les jeux, les applications tendance et les bots, et bien plus encore. Ne manquez jamais un autre titre de nouvelles avec Tech Talk en demandant au bot de vous mettre à jour avec des mises à jour en direct. Vous pouvez même personnaliser les nouvelles que vous recevez du bot. Ce bot est particulièrement amusant pour les amateurs de technologie qui ne veulent jamais manquer un battement du monde de la technologie.

Accèssibilité : Toute personne disposant d’un ordinateur portable et d’un compte Skype est susceptible de se faire embaucher par votre société. Avec la technologie, les entreprises ont aujourd’hui accès à un vivier de talents bien plus vaste. Ce qui, dans un contexte de « guerre des talents », constitue une avancée notable dans le processus d’embauche. L’accès à ces talents du monde entier offre de nombreux avantages aux entreprises, comme une exposition sur de nouveaux marchés.
Le terme "ChatterBot" a été inventé à l'origine par Michael Mauldin (créateur du premier Verbot, Julia) en 1994 pour décrire ces programmes de conversation. Aujourd'hui, la plupart des chatbots sont accessibles via des assistants virtuels tels que Google Assistant et Amazon Alexa, via des applications de messagerie telles que Facebook Messenger ou WeChat, ou via des applications et des sites Web d'organisations individuelles.[3] [4] Les chatbots peuvent être classés dans des catégories d'utilisation telles que le commerce conversationnel (e-commerce via le chat), l'analyse, la communication, le soutien à la clientèle, la conception, les outils de développeur, l'éducation, le divertissement, la finance, l'alimentation, les jeux, la santé, les RH, le marketing, les nouvelles, personnel, productivité, shopping, social, sportif, voyage et services publics. [5]

Loin d’être négligeable, le temps passé matin et soir sur la route en pleine heure de pointe est un irritant que le travailleur autonome a évacué de son quotidien, particulièrement s’il travaille de chez lui. C’est le cas de la majorité d’entre eux. Un client à rencontrer? On planifie le rendez-vous un peu plus tard le matin ou un peu plus tôt en après-midi et on gagne ainsi un temps précieux, consacré à gagner sa croûte. Idem pour les rendez-vous chez le dentiste, le coiffeur, le conseiller financier… Le travailleur autonome a souvent l’embarras du choix lorsqu’il s’agit d’obtenir un rendez-vous avec un professionnel.
Superficiel? Pas tant que ça. Imaginez l’infini bonheur de pouvoir travailler en « mou », bas de laine aux pieds, bien enveloppé de ce vieux tricot qui a subi les ravages du temps, mais dont on ne peut se séparer parce qu’il est juste trop confortable alors qu’il fait -40 degrés dehors, un jour de janvier… Le salarié doit obéir à un code vestimentaire imposé par son entreprise et par le secteur d’activité dans lequel il travaille. Pas de client à rencontrer? Envie de porter un peu de douceur par une journée froide ou d’accroître son confort par temps chaud? Tout est permis! Personne ne nous regarde. Il suffit d’arborer notre plus beau sourire lorsqu’on parle au téléphone et de nous montrer professionnel, et le client en sera reconnaissant. Par ailleurs, nombre de pigistes vous le diront : s’habiller en « travail », même quand on travaille de chez soi, aide à gagner en attitude et favorise, pour plusieurs, un état d’esprit plus propice à la productivité. J’en suis. À chacun sa façon.

bonus chatterpal

×