Se lancer à son compte, c’est aussi entrer dans un univers de possibilités, de défis, de nouveautés. Qu’il s’agisse de décrocher un contrat avec un client que l’on courtise depuis longtemps, d’accomplir un mandat dans un nouveau secteur d’activité ou encore d’apprendre les rudiments de la gestion d’une entreprise, les apprentissages sont nombreux! La routine? Très peu. Au quotidien, on peut passer du calme plat à l’horaire le plus intense. Encore plus vrai si la liste de nos clients est diversifiée et s’ils œuvrent dans des secteurs d’activité différents. Il suffit de regarder travailler un rédacteur ou un réviseur : en une seule journée, ils peuvent mener à bien la révision d’un texte sur une nouvelle technologie de traitement du cancer, rédiger une chronique sur le meilleur choix de barbecue ou sur la façon d’aménager sa cuisine, et se lancer dans une recherche en vue de la rédaction d’un dépliant d’information sur la planification de la retraite. Pour qui est un brin touche-à-tout, la vie de pigiste est truffée de belles surprises et garde loin de la routine.
Un domaine pertinent de la recherche sur l'IA est le traitement du langage naturel. Habituellement, les champs d'IA faibles utilisent des logiciels spécialisés ou des langages de programmation créés spécifiquement pour la fonction étroite requise. Par exemple, A.L.I.C.E. utilise un langage de balisage appelé AIML, qui est spécifique à sa fonction d'agent de conversation, et a depuis été adopté par divers autres développeurs de, dit alicebots. Néanmoins, A.L.I.C.E. est toujours purement basé sur des techniques d'appariement de modèles sans aucune capacité de raisonnement, la même technique qu'ELIZA utilisait en 1966. Ce n'est pas l'IA forte, qui exigerait la sapience et les capacités logiques de raisonnement.
Ce ne sont que les versions de base de chatbots intelligents. Il ya beaucoup plus de chatbots intelligents là-bas qui fournissent une approche beaucoup plus intelligente pour répondre aux requêtes. Depuis le processus de fabrication d'un chatbot intelligent n'est pas une grande tâche, la plupart d'entre nous peuvent y parvenir avec les connaissances techniques les plus élémentaires. Beaucoup d'entre eux seront très extrêmement utiles dans l'industrie des services et aussi aider à fournir une meilleure expérience client.L’interlocuteur automatisé de MyFonts est conçu pour agir comme s’il était une fonction intégrée dans une application de messagerie. Les utilisateurs peuvent s’en servir pour explorer de nouvelles polices de caractères selon la popularité ou le style, pour retrouver une police à partir d’un échantillon qu’ils lui envoient, pour expérimenter de nouvelles polices avec un texte personnalisé et autres.
A travers les différents sujets traités, nous avons un objectif unique : accompagner nos lecteurs dans l'évolution de leurs métiers et leur donner les outils pour réussir à se développer, se différencier et s'adapter aux changements en cours et à venir. Nos contenus sont créés à partir de recherches et analyses réalisées par ISS et par des experts parmi les plus influents du secteur.

Ce site a recours à des fichiers témoins (cookies) dans le but de vous offrir les services les plus adaptés et les plus personnalisés possible. En utilisant ce site, vous consentez à l’utilisation de fichiers témoins. Veuillez lire notre avis sur les fichiers témoins (http://www2.deloitte.com/ca/fr/avis-juridique/temoins.html) pour obtenir de plus amples informations sur la nature des fichiers témoins que nous utilisons et sur la façon de supprimer ou de bloquer ces fichiers.

Enfin, et non des moindres, FlowXO, qui crée des bots pour Messenger, Slack, SMS, Telegraph et le web. Cette plate-forme permet de créer une flexibilité variée dans les bots en vous donnant la possibilité de créer un bot entièrement automatisé, humain, ou un hybride des deux. Murray Newlands, expert de ChatBot, a commenté : « Là où il y a 10 ans chaque entreprise avait besoin d'un site Web et il y a cinq ans, chaque entreprise avait besoin d'une application, maintenant chaque entreprise doit adopter la messagerie avec l'IA et les chatbots. »Bien sûr, cela soulève des problèmes, dont l’un des plus criants est de déterminer si les gens veulent vraiment parler aux machines. D’un point de vue commercial, cela a du sens: il est extrêmement économique de mener 1 000 conversations simultanées avec un client au sujet d’un service à la clientèle avec une machine plutôt qu’avec un énorme centre d’appel qui serait nécessaire pour faire le même travail.
Superficiel? Pas tant que ça. Imaginez l’infini bonheur de pouvoir travailler en « mou », bas de laine aux pieds, bien enveloppé de ce vieux tricot qui a subi les ravages du temps, mais dont on ne peut se séparer parce qu’il est juste trop confortable alors qu’il fait -40 degrés dehors, un jour de janvier… Le salarié doit obéir à un code vestimentaire imposé par son entreprise et par le secteur d’activité dans lequel il travaille. Pas de client à rencontrer? Envie de porter un peu de douceur par une journée froide ou d’accroître son confort par temps chaud? Tout est permis! Personne ne nous regarde. Il suffit d’arborer notre plus beau sourire lorsqu’on parle au téléphone et de nous montrer professionnel, et le client en sera reconnaissant. Par ailleurs, nombre de pigistes vous le diront : s’habiller en « travail », même quand on travaille de chez soi, aide à gagner en attitude et favorise, pour plusieurs, un état d’esprit plus propice à la productivité. J’en suis. À chacun sa façon.

bonus chatterpal

×