On est allergique aux cubicules? On souhaite travailler dans un environnement qui nous ressemble? Tout est possible! Si on ne reçoit pas de clients, on peut littéralement s’éclater avec la décoration de notre bureau et l’aménager pour s’y sentir bien. Par contre, s’il arrive qu’on en reçoive, le bon goût est de mise : il en va de notre image professionnelle.
Superficiel? Pas tant que ça. Imaginez l’infini bonheur de pouvoir travailler en « mou », bas de laine aux pieds, bien enveloppé de ce vieux tricot qui a subi les ravages du temps, mais dont on ne peut se séparer parce qu’il est juste trop confortable alors qu’il fait -40 degrés dehors, un jour de janvier… Le salarié doit obéir à un code vestimentaire imposé par son entreprise et par le secteur d’activité dans lequel il travaille. Pas de client à rencontrer? Envie de porter un peu de douceur par une journée froide ou d’accroître son confort par temps chaud? Tout est permis! Personne ne nous regarde. Il suffit d’arborer notre plus beau sourire lorsqu’on parle au téléphone et de nous montrer professionnel, et le client en sera reconnaissant. Par ailleurs, nombre de pigistes vous le diront : s’habiller en « travail », même quand on travaille de chez soi, aide à gagner en attitude et favorise, pour plusieurs, un état d’esprit plus propice à la productivité. J’en suis. À chacun sa façon.

prix chatterpal


© 2019. Se reporter à l’avis juridique pour obtenir davantage de renseignements. Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited (« DTTL »), ainsi que son réseau mondial de cabinets membres et ses entités liées. DTTL (appelé également « Deloitte mondial ») ainsi que chacun de ses cabinets membres constituent une entité juridique distincte et indépendante. DTTL n’offre aucun service aux clients. Pour en apprendre davantage, voir www.deloitte.com/ca/apropos.
Loin d’être négligeable, le temps passé matin et soir sur la route en pleine heure de pointe est un irritant que le travailleur autonome a évacué de son quotidien, particulièrement s’il travaille de chez lui. C’est le cas de la majorité d’entre eux. Un client à rencontrer? On planifie le rendez-vous un peu plus tard le matin ou un peu plus tôt en après-midi et on gagne ainsi un temps précieux, consacré à gagner sa croûte. Idem pour les rendez-vous chez le dentiste, le coiffeur, le conseiller financier… Le travailleur autonome a souvent l’embarras du choix lorsqu’il s’agit d’obtenir un rendez-vous avec un professionnel.
La dépendance des utilisateurs de smartphone est une triste réalité. Celle-ci est à la base de certains troubles du comportement et maladies. L’assistant vocal vient à point nommé pour apporter une solution à cette dépendance. En effet, avec la reconnaissance vocale, les utilisateurs de smartphone se libèrent facilement de la dépendance au mobile. Ils sont désormais beaucoup plus aptes à des interactions humaines étant donné que l’assistant vocal est là pour répondre à leurs interrogations.

Ne laissez jamais le temps vous prendre par surprise! Le chatbot Poncho donne aux utilisateurs des prévisions météorologiques personnelles en fonction de leur emplacement spécifique et le fait d'une manière qui les gardera souriant à travers l'ensemble des prévisions. Il leur permet même de connaître les prévisions du matin et du soir pour les aider à se préparer pour la journée. Le bot fournit également un bulletin météo pour les coureurs qui souhaitent mieux se préparer pour l'extérieur.
Il est vrai que quand on se lance à son compte, on n’a pas toujours le choix quant aux mandats qui nous sont confiés. On prend tout ce qu’on peut prendre, question de faire sa place. Mais au fil du temps, on peut se permettre d’être plus sélectif, d’orienter ses affaires vers des clients avec qui on a des atomes crochus ou vers des mandats qui nous correspondent davantage. On ne veut rien refuser? On peut, si les contrats l’autorisent, sous-traiter les portions de travail qui nous plaisent moins. Du coup, on aide un autre pigiste à faire sa place, on élimine les irritants et on se taille un job de rêve. Qui dit mieux? 

Crtitique chatterpal

×