En 1950, le célèbre article d'Alan Turing " Computing Machinery and Intelligence " est publié[7], qui propose ce qu'on appelle aujourd'hui le test de Turing comme critère d'intelligence. Ce critère dépend de la capacité d'un programme informatique d'usurper l'identité d'un être humain dans une conversation écrite en temps réel avec un juge humain, suffisamment bien pour que le juge soit incapable de distinguer de façon fiable, sur la seule base du contenu conversationnel, entre le programme et un vrai humain. La notoriété du test proposé par Turing a suscité un grand intérêt pour le programme ELIZA de Joseph Weizenbaum, publié en 1966, qui semblait être en mesure de tromper les utilisateurs en leur faisant croire qu'ils conversaient avec un vrai humain. Cependant Weizenbaum lui-même n'a pas prétendu que ELIZA était vraiment intelligent, et l'introduction à son article l'a présenté plus comme un exercice de démystification :
Reconnaissance : Le fait qu’un employé virtuel ne soit physiquement pas au bureau peut considérablement freiner sa carrière professionnelle. La London Business School et l’Université de Californie à Davis ont constaté que les employés virtuels n’étaient généralement pas pris en compte lors des promotions. Elles ont même noté qu’ils recevaient des appréciations inférieures aux évaluations et bénéficiaient d’augmentations de salaire moins importantes et moins fréquentes que les employés « traditionnels ».

Le sujet du travail à distance (qui implique des dispositifs et des bureaux distants) est abordé dans maintes conversations. Ce dont il est question, en fait, c’est de soutenir tous les aspects de la collaboration et de la façon dont les gens interagissent. Tout le monde n’est pas physiquement présent au bureau, et beaucoup d’organisations cherchent à accroître leur effectif tout en réduisant leur empreinte. Financièrement parlant, minimiser les établissements brique et mortier traditionnels, les coûts opérationnels ainsi que le parc immobilier est une bonne chose. En plus, les équipes interactives et collaboratives ne sont pas nécessairement toujours au même endroit, dans la même ville, le même fuseau horaire ou le même pays. Des équipes qui n’auraient jamais été rassemblées auparavant sont maintenant en mesure de travailler et de collaborer avec une grande efficacité.


Dans le même registre que la souplesse de l’horaire, la possibilité de concilier le travail et la vie personnelle est de loin l’argument qui encourage une large part de travailleurs autonomes à faire le saut. Votre plus vieux termine l’école à 15 h 30? La garderie du plus jeune ferme à 17 h? Exit le stress causé par la peur d’arriver en retard en raison d’un bouchon de circulation. Même chose quand il s’agit d’accompagner votre parent âgé à un rendez-vous médical ou de vous occuper des préparatifs des fêtes. Dans la mesure où vous trouvez les moments nécessaires pour remettre vos livrables dans les délais établis, tout baigne. Il faut cependant être prêt à travailler en soirée, à certains moments, pour compenser les heures passées à réaliser d’autres activités que celles en lien avec le boulot. Le 9 à 5? Très peu pour les solos.

Lara est un chatbot datant lancé par match.com et disponible sur Facebook Messenger qui agit comme un entraîneur de rencontres polyvalent pour les singletons. Initialement lancé en juillet 2016 en France par Meetic, une division européenne de Match.com, a étendu ses services au Royaume-Uni. Il définit les singles en fonction de cinquante catégories - intérêts, passe-temps, signes astrologiques et imperfections étant certains d'entre eux. Lara utilise des techniques de langage naturel et ne se limite pas à répondre à des questions fermées.

Ce bot voyage récemment lancé sur Facebook Messenger est pour rendre le voyage plus facile pour les personnes qui veulent accéder à des informations sur les hôtels, les attractions, les vols et les restaurants. Il vous fournit même des commentaires afin que la décision devient sans problème, compare les prix, et vous aide à collaborer avec votre famille et vos amis pour la planification de voyage.  
La nature même du travail se transforme. Pour plusieurs, le travail n’est plus un endroit, mais plutôt une activité pouvant être accomplie depuis pratiquement n’importe quel endroit. De plus en plus d’organisations adoptent l’idée d’offrir à leurs employés la possibilité de faire du télétravail ou de leur donner une certaine flexibilité quant au lieu de travail. Il n’est donc pas étonnant que diverses solutions de bureau virtuel soient offertes pour faciliter les communications à distance et les rendre plus fiables.

L’engouement des marques vers cette nouvelle manière de communiquer n’a de cesse d’augmenter et à juste titre, puisque les bots apportent de nombreux avantages ! L’annonceur gagne en flexibilité et en visibilité, puisqu’il peut communiquer autrement avec les internautes, et ce 24h sur 24 et 7 jours sur 7 ! C’est également un nouveau canal d’échanges et de discussions bien plus ludique qu’un questionnaire de satisfaction ou une FAQ. Sans sortir du réseau social, les internautes peuvent donc discuter instantanément avec les marques, interagir et avoir des réponses à leurs questions instantanément !


Beaucoup d’entreprises restent encore sous Windows XP en ce moment et hésitent à passer sur un nouveau système d’exploitation et à s’orienter vers de nouvelles applications. Seulement, il va être temps qu’elles changent de stratégie d’autant que Mircrosoft a cessé de livrer des correctifs pour Windows XP. Ainsi, une éventuelle solution à ce problème d’infrastructure est le bureau virtuel.


« On a vu dans les conventions collectives un accroissement des dispositions qui prévoient un allégement ou une réorganisation des tâches des travailleurs âgés, explique Patrice Jalette, professeur titulaire à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal. Donc, on retrouve ça peut-être dans 40 % des conventions collectives. Dans les années 90, c’était peut-être aux alentours de 10 %. »
On est allergique aux cubicules? On souhaite travailler dans un environnement qui nous ressemble? Tout est possible! Si on ne reçoit pas de clients, on peut littéralement s’éclater avec la décoration de notre bureau et l’aménager pour s’y sentir bien. Par contre, s’il arrive qu’on en reçoive, le bon goût est de mise : il en va de notre image professionnelle.

logiciel chatterpal


Superficiel? Pas tant que ça. Imaginez l’infini bonheur de pouvoir travailler en « mou », bas de laine aux pieds, bien enveloppé de ce vieux tricot qui a subi les ravages du temps, mais dont on ne peut se séparer parce qu’il est juste trop confortable alors qu’il fait -40 degrés dehors, un jour de janvier… Le salarié doit obéir à un code vestimentaire imposé par son entreprise et par le secteur d’activité dans lequel il travaille. Pas de client à rencontrer? Envie de porter un peu de douceur par une journée froide ou d’accroître son confort par temps chaud? Tout est permis! Personne ne nous regarde. Il suffit d’arborer notre plus beau sourire lorsqu’on parle au téléphone et de nous montrer professionnel, et le client en sera reconnaissant. Par ailleurs, nombre de pigistes vous le diront : s’habiller en « travail », même quand on travaille de chez soi, aide à gagner en attitude et favorise, pour plusieurs, un état d’esprit plus propice à la productivité. J’en suis. À chacun sa façon.

prix chatterpal

×