Connu aussi sous le nom d’assistant personnel intelligent, l’assistant vocal est une application logicielle qui est capable de capter des données orales, de les analyser et les interpréter dans le but de donner une réponse appropriée. Les géants du Web tels que Google, Amazon, Apple, Microsoft… se sont lancés dans l’assistance vocale intelligente. De plus en plus de personnes sont conquises par ces assistants personnels qui leur apportent un plus dans leur vie. Découvrez les avantages de ses assistants vocaux.
Aujourd'hui, une grande majorité d'organisations bancaires de haute technologie sont à la recherche de l'intégration de solutions automatisées basées sur l'IA telles que les chatbots dans leur service à la clientèle afin de fournir une assistance plus rapide et moins chère à leurs clients de plus en plus technodexterous. En particulier, les chatbots peuvent mener efficacement un dialogue, remplaçant généralement d'autres outils de communication tels que le courrier électronique, le téléphone ou le SMS. Dans le domaine bancaire, leur application principale est liée au service à la clientèle rapide répondant aux demandes courantes, et au support transactionnel.
Les premiers chatbots historiques classiques sont ELIZA (1966) et PARRY (1972). [10] [11] [12] [13] Les programmes notables les plus récents incluent A.L.I.C.E., Jabberwacky et D.U.D.E (Agence Nationale de la Recherche et CNRS 2006). Alors qu'ELIZA et PARRY ont été utilisés exclusivement pour simuler la conversation dactylographiée, de nombreux chatbots incluent maintenant des fonctionnalités telles que les jeux et les capacités de recherche sur le Web. En 1984, un livre intitulé The Policeman's Beard is Half Constructed a été publié, prétendument écrit par le chatbot Racter (bien que le programme tel que libéré n'aurait pas été capable de le faire). [14] 

ventes croisées dans le chatterpal


Il est vrai que quand on se lance à son compte, on n’a pas toujours le choix quant aux mandats qui nous sont confiés. On prend tout ce qu’on peut prendre, question de faire sa place. Mais au fil du temps, on peut se permettre d’être plus sélectif, d’orienter ses affaires vers des clients avec qui on a des atomes crochus ou vers des mandats qui nous correspondent davantage. On ne veut rien refuser? On peut, si les contrats l’autorisent, sous-traiter les portions de travail qui nous plaisent moins. Du coup, on aide un autre pigiste à faire sa place, on élimine les irritants et on se taille un job de rêve. Qui dit mieux?

Crtitique chatterpal

×