Les premiers chatbots historiques classiques sont ELIZA (1966) et PARRY (1972). [10] [11] [12] [13] Les programmes notables les plus récents incluent A.L.I.C.E., Jabberwacky et D.U.D.E (Agence Nationale de la Recherche et CNRS 2006). Alors qu'ELIZA et PARRY ont été utilisés exclusivement pour simuler la conversation dactylographiée, de nombreux chatbots incluent maintenant des fonctionnalités telles que les jeux et les capacités de recherche sur le Web. En 1984, un livre intitulé The Policeman's Beard is Half Constructed a été publié, prétendument écrit par le chatbot Racter (bien que le programme tel que libéré n'aurait pas été capable de le faire). [14]

ventes croisées dans le chatterpal
Les chatbots malveillants sont fréquemment utilisés pour remplir les salles de chat avec du spam et des publicités, en imitant le comportement humain et les conversations ou pour inciter les gens à révéler des informations personnelles, telles que les numéros de compte bancaire. Ils sont couramment trouvés sur Yahoo! Messenger, Windows Live Messenger, AOL Instant Messenger et d'autres protocoles de messagerie instantanée. Il ya aussi eu un rapport publié d'un chatbot utilisé dans une fausse annonces personnelles sur le site Web d'un service de rencontres. [55]
Il est vrai que quand on se lance à son compte, on n’a pas toujours le choix quant aux mandats qui nous sont confiés. On prend tout ce qu’on peut prendre, question de faire sa place. Mais au fil du temps, on peut se permettre d’être plus sélectif, d’orienter ses affaires vers des clients avec qui on a des atomes crochus ou vers des mandats qui nous correspondent davantage. On ne veut rien refuser? On peut, si les contrats l’autorisent, sous-traiter les portions de travail qui nous plaisent moins. Du coup, on aide un autre pigiste à faire sa place, on élimine les irritants et on se taille un job de rêve. Qui dit mieux?

Crtitique chatterpal

×