Aujourd'hui, une grande majorité d'organisations bancaires de haute technologie sont à la recherche de l'intégration de solutions automatisées basées sur l'IA telles que les chatbots dans leur service à la clientèle afin de fournir une assistance plus rapide et moins chère à leurs clients de plus en plus technodexterous. En particulier, les chatbots peuvent mener efficacement un dialogue, remplaçant généralement d'autres outils de communication tels que le courrier électronique, le téléphone ou le SMS. Dans le domaine bancaire, leur application principale est liée au service à la clientèle rapide répondant aux demandes courantes, et au support transactionnel.
Il est vrai que quand on se lance à son compte, on n’a pas toujours le choix quant aux mandats qui nous sont confiés. On prend tout ce qu’on peut prendre, question de faire sa place. Mais au fil du temps, on peut se permettre d’être plus sélectif, d’orienter ses affaires vers des clients avec qui on a des atomes crochus ou vers des mandats qui nous correspondent davantage. On ne veut rien refuser? On peut, si les contrats l’autorisent, sous-traiter les portions de travail qui nous plaisent moins. Du coup, on aide un autre pigiste à faire sa place, on élimine les irritants et on se taille un job de rêve. Qui dit mieux?

Chatbot est une interface conversationnelle, imprégnée de l'intelligence artificielle, des capacités cognitives et de la puissance du traitement du langage naturel. Il s'agit d'une technologie contemporaine et à croissance rapide grâce à laquelle les gens peuvent accéder à l'information. En raison de l'intelligence artificielle et de la technologie du cloud, les meilleurs exemples de Chatbots ne sont plus un simple outil de salutation qui envoie "bonjour" ou "comment allez-vous", mais en fait stimule un meilleur service à la clientèle pour les entreprises dans toutes les industries. Dans le monde des affaires où le service à la clientèle est un domaine clé, les chatbots modernes peuvent s'avérer d'une importance primordiale en donnant une solution plus rapide aux requêtes des clients. Il a été découvert que 65% des consommateurs sont prêts à interagir avec une entreprise via chatbot, ce qui indique une forte opportunité pour les marques. Voici quelques exemples de chatbots et la variété des domaines qu'il manifeste.

Les concepteurs d'interfaces en sont venus à comprendre que la volonté des humains d'interpréter la sortie de l'ordinateur comme véritablement conversationnelle, même lorsqu'elle est en fait basée sur un appariement de motifs assez simple, peut être exploitée à des fins utiles. La plupart des gens préfèrent s'engager avec des programmes qui sont semblables à des humains, ce qui donne des techniques de type chatbot un rôle potentiellement utile dans les systèmes interactifs qui ont besoin d'obtenir des informations des utilisateurs, tant que cette information est relativement simple et se situent dans des catégories prévisibles. Ainsi, par exemple, les systèmes d'aide en ligne peuvent utiliser utilement des techniques de chatbot pour identifier la zone d'aide dont les utilisateurs ont besoin, offrant potentiellement une interface « plus conviviale » qu'un système de recherche ou de menu plus formel. Ce genre d'utilisation détient la perspective de déplacer la technologie chatbot de Weizenbaum "étagère ... réservé aux curiosités" à celui marqué "méthodes de calcul véritablement utiles".The classic historic early chatbots are ELIZA (1966) and PARRY (1972).[10][11][12][13] More recent notable programs include A.L.I.C.E., Jabberwacky and D.U.D.E (Agence Nationale de la Recherche and CNRS 2006). While ELIZA and PARRY were used exclusively to simulate typed conversation, many chatbots now include functional features such as games and web searching abilities. In 1984, a book called The Policeman's Beard is Half Constructed was published, allegedly written by the chatbot Racter (though the program as released would not have been capable of doing so).[14]
Les premiers chatbots historiques classiques sont ELIZA (1966) et PARRY (1972). [10] [11] [12] [13] Les programmes notables les plus récents incluent A.L.I.C.E., Jabberwacky et D.U.D.E (Agence Nationale de la Recherche et CNRS 2006). Alors qu'ELIZA et PARRY ont été utilisés exclusivement pour simuler la conversation dactylographiée, de nombreux chatbots incluent maintenant des fonctionnalités telles que les jeux et les capacités de recherche sur le Web. En 1984, un livre intitulé The Policeman's Beard is Half Constructed a été publié, prétendument écrit par le chatbot Racter (bien que le programme tel que libéré n'aurait pas été capable de le faire). [14]

ventes croisées dans le chatterpal

×