Les Chatbots sont des robots conversationnels, qui vivent à l'intérieur de plateformes comme Facebook Messenger, Telegram, Slack, un site Web ou une application mobile. Ils interagissent avec les clients pour leur recommander des produits et des services et répondre à leurs questions, sans être aidés par des personnes. Les robots deviennent des experts avec des conversations.

Agent ChatterPal


Ne laissez jamais le temps vous prendre par surprise! Le chatbot Poncho donne aux utilisateurs des prévisions météorologiques personnelles en fonction de leur emplacement spécifique et le fait d'une manière qui les gardera souriant à travers l'ensemble des prévisions. Il leur permet même de connaître les prévisions du matin et du soir pour les aider à se préparer pour la journée. Le bot fournit également un bulletin météo pour les coureurs qui souhaitent mieux se préparer pour l'extérieur.
Dans un monde de plus en plus contraignant et difficile, il n’est pas facile d’exercer toutes les tâches du quotidien. Plutôt que s’embarrasser de toutes ces tâches, vous pouvez tout simplement avoir recours à un assistant vocal qui se chargera de réaliser certaines missions pour vous. L’assistant vocal va ainsi agir comme un majordome digital pour vous épauler dans certaines tâches. Cette reconnaissance vocale va énormément vous rendre la vie simple.  Surtout que dans l’avenir, des assistants vocaux devraient être capables d’anticiper certains de vos besoins. Par ailleurs, elle va vous apporter plus d’émotions.

lancement chatterpal


On est allergique aux cubicules? On souhaite travailler dans un environnement qui nous ressemble? Tout est possible! Si on ne reçoit pas de clients, on peut littéralement s’éclater avec la décoration de notre bureau et l’aménager pour s’y sentir bien. Par contre, s’il arrive qu’on en reçoive, le bon goût est de mise : il en va de notre image professionnelle.

logiciel chatterpal


« On a vu dans les conventions collectives un accroissement des dispositions qui prévoient un allégement ou une réorganisation des tâches des travailleurs âgés, explique Patrice Jalette, professeur titulaire à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal. Donc, on retrouve ça peut-être dans 40 % des conventions collectives. Dans les années 90, c’était peut-être aux alentours de 10 %. »
En 1950, le célèbre article d'Alan Turing " Computing Machinery and Intelligence " est publié[7], qui propose ce qu'on appelle aujourd'hui le test de Turing comme critère d'intelligence. Ce critère dépend de la capacité d'un programme informatique d'usurper l'identité d'un être humain dans une conversation écrite en temps réel avec un juge humain, suffisamment bien pour que le juge soit incapable de distinguer de façon fiable, sur la seule base du contenu conversationnel, entre le programme et un vrai humain. La notoriété du test proposé par Turing a suscité un grand intérêt pour le programme ELIZA de Joseph Weizenbaum, publié en 1966, qui semblait être en mesure de tromper les utilisateurs en leur faisant croire qu'ils conversaient avec un vrai humain. Cependant Weizenbaum lui-même n'a pas prétendu que ELIZA était vraiment intelligent, et l'introduction à son article l'a présenté plus comme un exercice de démystification :
Support numérique 24h/24 et 7j/7. Un assistant instantané et toujours accessible est assumé par le consommateur de plus en plus numérique de la nouvelle ère.Contrairement aux humains, les chatbots une fois développés et installés n'ont pas de journées de travail, de jours fériés ou de week-ends limités et sont prêts à assister aux requêtes à n'importe quelle heure de la journée. Il est utile au client d'éviter d'attendre que l'agent d'une entreprise soit disponible. Ainsi, le client n'a pas à attendre que le dirigeant de l'entreprise les aide. Cela permet également aux entreprises de garder un œil sur le trafic pendant les heures de non-travail et de tendre la main à eux plus tard. [41]
Se lancer à son compte, c’est aussi entrer dans un univers de possibilités, de défis, de nouveautés. Qu’il s’agisse de décrocher un contrat avec un client que l’on courtise depuis longtemps, d’accomplir un mandat dans un nouveau secteur d’activité ou encore d’apprendre les rudiments de la gestion d’une entreprise, les apprentissages sont nombreux! La routine? Très peu. Au quotidien, on peut passer du calme plat à l’horaire le plus intense. Encore plus vrai si la liste de nos clients est diversifiée et s’ils œuvrent dans des secteurs d’activité différents. Il suffit de regarder travailler un rédacteur ou un réviseur : en une seule journée, ils peuvent mener à bien la révision d’un texte sur une nouvelle technologie de traitement du cancer, rédiger une chronique sur le meilleur choix de barbecue ou sur la façon d’aménager sa cuisine, et se lancer dans une recherche en vue de la rédaction d’un dépliant d’information sur la planification de la retraite. Pour qui est un brin touche-à-tout, la vie de pigiste est truffée de belles surprises et garde loin de la routine.

Les médias sociaux et les applications de messagerie sont depuis longtemps devenus notre principal moyen de rester en contact les uns avec les autres et, à ce titre, nous comptons sur les fournisseurs de services et les marques sur ces plates-formes pour nous offrir les connexions les plus personnelles possibles. Les marques ont trouvé la réponse à cela dans les chatbots - un moyen pour eux de simuler la conversation avec un humain à travers ce qui est essentiellement un programme informatique qui fonctionne sous un ensemble spécifique de règles.
« On a vu dans les conventions collectives un accroissement des dispositions qui prévoient un allégement ou une réorganisation des tâches des travailleurs âgés, explique Patrice Jalette, professeur titulaire à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal. Donc, on retrouve ça peut-être dans 40 % des conventions collectives. Dans les années 90, c’était peut-être aux alentours de 10 %. »

Le sujet du travail à distance (qui implique des dispositifs et des bureaux distants) est abordé dans maintes conversations. Ce dont il est question, en fait, c’est de soutenir tous les aspects de la collaboration et de la façon dont les gens interagissent. Tout le monde n’est pas physiquement présent au bureau, et beaucoup d’organisations cherchent à accroître leur effectif tout en réduisant leur empreinte. Financièrement parlant, minimiser les établissements brique et mortier traditionnels, les coûts opérationnels ainsi que le parc immobilier est une bonne chose. En plus, les équipes interactives et collaboratives ne sont pas nécessairement toujours au même endroit, dans la même ville, le même fuseau horaire ou le même pays. Des équipes qui n’auraient jamais été rassemblées auparavant sont maintenant en mesure de travailler et de collaborer avec une grande efficacité.

L'année dernière, Tommy Hilfiger, une grande marque de mode expérimenté avec chatbots pour donner une expérience personnalisée à leurs clients et d'apporter du trafic sur leur site Web. C'est TMY. GRL pose une série de questions poignée, vous aidant à obtenir votre nouveau look en fonction de vos goûts et l'occasion. Cibler les millénaires et la génération Z, le bot s'engage dans un ton amical et il vous fait croire qu'il ya quelqu'un de «réel» essayer de vous aider à faire vos choix de mode.
Il est vrai que quand on se lance à son compte, on n’a pas toujours le choix quant aux mandats qui nous sont confiés. On prend tout ce qu’on peut prendre, question de faire sa place. Mais au fil du temps, on peut se permettre d’être plus sélectif, d’orienter ses affaires vers des clients avec qui on a des atomes crochus ou vers des mandats qui nous correspondent davantage. On ne veut rien refuser? On peut, si les contrats l’autorisent, sous-traiter les portions de travail qui nous plaisent moins. Du coup, on aide un autre pigiste à faire sa place, on élimine les irritants et on se taille un job de rêve. Qui dit mieux?

Crtitique chatterpal

×