Vous pouvez voyager et travailler en même temps. Travailler en ligne ne vous limite pas géographiquement. Cela vous donne la flexibilité de faire vos voyages pendant que vous travaillez. Dans un environnement de travail traditionnel, vous devez vous présenter au bureau tous les jours et cela vous empêche de voyager et de travailler n'importe où dans le monde.

Le bureau virtuel donne une optimisation sur la mobilité des travailleurs ainsi que leur flexibilité sur le planning. Il est vrai qu’il n’y a pas la présence physique sur les locaux mais il est possible pour l’entreprise de suivre de près l’avancement du travail, de communiquer avec les télétravailleurs ou ceux en mode semi-nomades. Le bureau virtuel présente également l’avantage d’avoir le côté pratique en termes d’aménagement d’espace d’autant qu’il y a déjà une soustraction de l’installation des bureaux fixes dans les locaux.
Right Click est une startup qui a introduit un chatbot alimenté par l'IA qui crée des sites Web. Il pose des questions générales au cours de la conversation comme « Quelle industrie vous appartenez à? » et « Pourquoi voulez-vous faire un site Web? » et crée des modèles personnalisés selon les réponses données. Hira Saeed a essayé de le détourner de son travail en lui demandant sur l'amour, mais quel joueur intelligent il est! En répondant à chacune de ses questions, il a essayé de la ramener à l'emploi réel de la création de site Web. Le processus a été court, mais vous garde accroché.

Ne laissez jamais le temps vous prendre par surprise! Le chatbot Poncho donne aux utilisateurs des prévisions météorologiques personnelles en fonction de leur emplacement spécifique et le fait d'une manière qui les gardera souriant à travers l'ensemble des prévisions. Il leur permet même de connaître les prévisions du matin et du soir pour les aider à se préparer pour la journée. Le bot fournit également un bulletin météo pour les coureurs qui souhaitent mieux se préparer pour l'extérieur.

Le terme "ChatterBot" a été inventé à l'origine par Michael Mauldin (créateur du premier Verbot, Julia) en 1994 pour décrire ces programmes de conversation. Aujourd'hui, la plupart des chatbots sont accessibles via des assistants virtuels tels que Google Assistant et Amazon Alexa, via des applications de messagerie telles que Facebook Messenger ou WeChat, ou via des applications et des sites Web d'organisations individuelles.[3] [4] Les chatbots peuvent être classés dans des catégories d'utilisation telles que le commerce conversationnel (e-commerce via le chat), l'analyse, la communication, le soutien à la clientèle, la conception, les outils de développeur, l'éducation, le divertissement, la finance, l'alimentation, les jeux, la santé, les RH, le marketing, les nouvelles, personnel, productivité, shopping, social, sportif, voyage et services publics. [5]
Il est vrai que quand on se lance à son compte, on n’a pas toujours le choix quant aux mandats qui nous sont confiés. On prend tout ce qu’on peut prendre, question de faire sa place. Mais au fil du temps, on peut se permettre d’être plus sélectif, d’orienter ses affaires vers des clients avec qui on a des atomes crochus ou vers des mandats qui nous correspondent davantage. On ne veut rien refuser? On peut, si les contrats l’autorisent, sous-traiter les portions de travail qui nous plaisent moins. Du coup, on aide un autre pigiste à faire sa place, on élimine les irritants et on se taille un job de rêve. Qui dit mieux?

Crtitique chatterpal

×