© 2019. Se reporter à l’avis juridique pour obtenir davantage de renseignements. Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited (« DTTL »), ainsi que son réseau mondial de cabinets membres et ses entités liées. DTTL (appelé également « Deloitte mondial ») ainsi que chacun de ses cabinets membres constituent une entité juridique distincte et indépendante. DTTL n’offre aucun service aux clients. Pour en apprendre davantage, voir www.deloitte.com/ca/apropos.
Loin d’être négligeable, le temps passé matin et soir sur la route en pleine heure de pointe est un irritant que le travailleur autonome a évacué de son quotidien, particulièrement s’il travaille de chez lui. C’est le cas de la majorité d’entre eux. Un client à rencontrer? On planifie le rendez-vous un peu plus tard le matin ou un peu plus tôt en après-midi et on gagne ainsi un temps précieux, consacré à gagner sa croûte. Idem pour les rendez-vous chez le dentiste, le coiffeur, le conseiller financier… Le travailleur autonome a souvent l’embarras du choix lorsqu’il s’agit d’obtenir un rendez-vous avec un professionnel.
Travailler en ligne a été possible avec l’introduction d’Internet. Les personnes peuvent travailler en tant qu'assistant virtuel, rédacteur de contenu, gestionnaire de médias sociaux et représentant du service clientèle dans le confort de leur foyer. Si vous envisagez de travailler en ligne, vous voudrez peut-être réfléchir en profondeur et voir si c'est la bonne voie pour vous.
Le terme "ChatterBot" a été inventé à l'origine par Michael Mauldin (créateur du premier Verbot, Julia) en 1994 pour décrire ces programmes de conversation. Aujourd'hui, la plupart des chatbots sont accessibles via des assistants virtuels tels que Google Assistant et Amazon Alexa, via des applications de messagerie telles que Facebook Messenger ou WeChat, ou via des applications et des sites Web d'organisations individuelles.[3] [4] Les chatbots peuvent être classés dans des catégories d'utilisation telles que le commerce conversationnel (e-commerce via le chat), l'analyse, la communication, le soutien à la clientèle, la conception, les outils de développeur, l'éducation, le divertissement, la finance, l'alimentation, les jeux, la santé, les RH, le marketing, les nouvelles, personnel, productivité, shopping, social, sportif, voyage et services publics. [5]

Ce chatbot est l'un des meilleurs chatbots AI et c'est mon préféré aussi. Evidemment, il est l'actuel lauréat du prix Loebner. Le Prix Loebner est un concours annuel d'intelligence artificielle qui décerne des prix au bavardage considéré par les juges comme le plus humain. Le format du concours est celui d'un test standard de Turing. Vous pouvez parler avec Mitsuku pendant des heures sans vous ennuyer. Il répond à votre question de la manière la plus humaine et comprend votre humeur avec la langue que vous utilisez.

Travailler en ligne a été possible avec l’introduction d’Internet. Les personnes peuvent travailler en tant qu'assistant virtuel, rédacteur de contenu, gestionnaire de médias sociaux et représentant du service clientèle dans le confort de leur foyer. Si vous envisagez de travailler en ligne, vous voudrez peut-être réfléchir en profondeur et voir si c'est la bonne voie pour vous.


Il est vrai que quand on se lance à son compte, on n’a pas toujours le choix quant aux mandats qui nous sont confiés. On prend tout ce qu’on peut prendre, question de faire sa place. Mais au fil du temps, on peut se permettre d’être plus sélectif, d’orienter ses affaires vers des clients avec qui on a des atomes crochus ou vers des mandats qui nous correspondent davantage. On ne veut rien refuser? On peut, si les contrats l’autorisent, sous-traiter les portions de travail qui nous plaisent moins. Du coup, on aide un autre pigiste à faire sa place, on élimine les irritants et on se taille un job de rêve. Qui dit mieux?

Crtitique chatterpal

×